20/07/2013

Bon Weekend

Hebergeur d'image

 

 

 

Je vis sous tes yeux
Ne le vois-tu pas ?
Je compte trop peu
Pour toi, je le vois.

Tu parles de ce qu'il ne faudrait pas,
De ce que je ne peux pas entendre
Peut-être que c'est ce que tu crois
Ou tu n'en peux plus de m'attendre ?

Je ne sais pas trop quoi croire,
Peut-être qu'il y a de l'espoir
Et tant pis si je rêve éveillée
C'est à jamais mon monde secret.

Je ne pense plus,
Je ne souhaite plus,
Mais je t'attendrai
Et j'espérerai.


Je vous souhaite un tres bon weekend!!

 

16:25 Écrit par SPANOU dans Weekend | Lien permanent | Commentaires (0)

Ville du Canada:Masset

Hebergeur d'image

 

 

 

 

  • Masset, village de la Colombie-Britannique; population 940 (recens. 2006), 926 (recens. 2001), constitué en 1961. Masset est situé sur la pointe nord de l'île Graham, la plus grande des HAIDA GWAII, près de la côte nord de la Colombie-Britannique. Les îles sont la patrie ancestrale des HAÏDAS et le nom Masset est dérivé du nom d'un homme nommé Masseta, inhumé dans une île voisine. Première partie de l'île à attirer des colons allochtones, l'endroit, à l'origine, se nomme Graham City, mais on le renomme Masset en 1909. En 1961, à l'occasion de sa fusion avec la ville voisine de Delkatla, Masset devient le premier village constitué des îles de la Reine-Charlotte. La station des Forces canadiennes Masset, ouverte initialement en tant que station de la réserve navale, en 1943, et désignée station des forces canadiennes (SFC), en 1949, est officiellement fermée le 1er avril 1997 et rouverte en tant que Détachement Masset de la SFC Leitrim.
  • Aujourd'hui, Masset est la plus grande collectivité des îles de la Reine-Charlotte. Son économie est centrée sur la pêche commerciale, la transformation du poisson et le tourisme. L'ancien village haïda de Masset (Haïda) est reconnu pour ses orfèvres et ses sculpteurs.

 

15:48 Écrit par SPANOU dans Villes du Canada | Lien permanent | Commentaires (0)

LAC-MÉGANTIC Un centre-ville temporaire

Hebergeur d'image

 

 

En attendant la reconstruction de son poumon économique, Lac-Mégantic érigera un centre-ville temporaire pour héberger les commerçants sinistrés.


SOURCE  ICI

15:03 Écrit par SPANOU dans News | Lien permanent | Commentaires (0)

Elephant

Hebergeur d'image

 

 

Éléphant est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains grands mammifères, pour la plupart éteints qui font partie, tout comme les mammouths et d'autres espèces disparues, de la famille des Elephantidae, répartis dans divers genres biologiques de cette famille.

Les animaux encore en vie au xxie siècle sont l'éléphant de savane, l'éléphant de forêt, autrefois regroupés sous l’expression « éléphant d'Afrique », et l'éléphant d'Asie, parfois anciennement appelé « éléphant indien ». Ils se différencient par certaines caractéristiques anatomiques, les éléphants d'Asie étant en général plus petits avec des oreilles plus petites, ou encore une différence du bout de la trompe. Ces espèces survivantes font localement l'objet de programmes ou de projets de réintroduction et de protection.

Le mot français « éléphant » vient du mot latin elephantus 1 qui tire son origine du grec ἐλέφας signifiant « ivoire » ou « éléphant ».

L'éléphant apparaît dans de nombreuses cultures. Il est symbole de sagesse dans la culture asiatique, connu pour sa mémoire et son intelligence, qui est comparée à celle des cétacés2 et hominidés3Aristote avait dit que l'éléphant est « la bête qui dépasse toutes les autres par l'intelligence et l'esprit 

Les espèces d'Éléphantidés vivant à l’heure actuelle sont donc :

Image Nom Description
Loxodonta africana Loxodonta africana L'éléphant de savane d’Afrique ; il mesure environ 4 mètres au garrot, présente deux « doigts » préhensiles au bout de la trompe et de grandes oreilles permettant de réguler sa température interne. Le crâne est à peu près plat et tous les individus portent des défenses.
Loxodonta cyclotis Loxodonta cyclotis L’éléphant des forêts vit également en Afrique, il présente des oreilles généralement plus petites et plus circulaires que l'éléphant de savane, ainsi que des défenses plus minces et plus droites.
Elephas maximus Elephas maximus L'éléphant d'Asie ; il mesure de 2 à 3,50 mètres au garrot, ne présente qu'un seul « doigt » préhensile au bout de la trompe et possède des oreilles assez petites. Le crâne présente deux bosses proéminentes et les défenses sont absentes chez les femelles, voire chez certains mâles.

12:19 Écrit par SPANOU dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (0)

cadeau recu de Felinec31

Hebergeur d'image

 

Merci a mon amie Carine  pour sa splendide creation !!¨Pour visiter son domaine, clikez  ICI

12:08 Écrit par SPANOU dans Cadeaux recus | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2013

Bon Weekend

Hebergeur d'image

 

J'aimerais faire part de mon bonheur,
Que je vis à chaque heure,
Mais pour moi la douleur,
Elle n'est pas encore là,

Chaque jour qui passe,
Je le vis, mais jamais, je m'en lasse..

Je m'envole de ma cage,
En me disant si j'ai été sage,

Je me dis chaque jour,
Pourquoi je rigole toujours,

Je sais c'est débile,
Mais je ne suis pas immobile,
Une joie est dans mon corps,
De ma bouche quand je la sors,

Je m'occupe pas des personnes autour de moi,
Je me dis qu'on a déjà celle de soi,
C'est normal que je suis comme ça !

Passez un tres bon weekend!!!!Sourire

16:07 Écrit par SPANOU dans Weekend | Lien permanent | Commentaires (0)

Ville du Canada: Pohenegamook

Hebergeur d'image

 

Pohénégamook est une ville canadienne située dans l'Est du Québec dans la municipalité régionale de comté du Témiscouata au Bas-Saint-Laurent. Elle est née de la fusion des municipalités de Saint-David-de-Sully, de Saint-Pierre d'Estcourt et de Saint-Éleuthère le23 octobre 1973.

Pohénégamook est situé sur le versant sud du fleuve Saint-Laurent à 235 kilomètres au nord-est de Québec et à 520 kilomètres au sud-ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Pohénégamook sont Témiscouata-sur-le-Lac à 50 kilomètres au nord-est et Rivière-du-Loup à65 kilomètres au nord. Pohénégamook est situé sur la frontière avec les États-Unis. La ville est située sur la route 289 entre Saint-Alexandre-de-Kamouraska à au nord-ouest et Rivière-Bleue à l'est. Le territoire de Pohénégamook couvre une superficie de 351,97 km21.

La ville de Pohénégamook fait partie de la municipalité régionale de comté du Témiscouata dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent1.

Le lac Pohénégamook bordant la ville mesure neuf kilomètres de longueur pour environ un kilomètre de largeur. Une légende prétend qu'un monstre connu sous le nom de Ponik errerait dans ce lac. La bête aurait la forme d'un canot renversé parsemé d'écailles. Les suppositions des origines de la bête sont nombreuses : esturgeon, serpent de mer ou encore de vieux billots de bois. Toutefois, cette histoire permet à la ville de Pohénégamook d'être reconnue par de nombreux Québécois.

Selon Statistiques Canada, la population de Pohénégamook était de 2 940 habitants en 20063. La tendance démographique des dernières années suit celle de l'Est du Québec, c'est-à-dire une décroissance. En effet, en 2001, la population était de 3 097 habitants3. Ce qui correspond à un taux de décroissance de 8,6 % en cinq ans3. L'âge médian de la population de Pohénégamook va à l'inverse, en augmentant de 44,5 ans en 20063 à 48,3 en 20114.

Le nombre total de logements privés dans la ville est de 1 4063. Cependant, seulement 1 203 de ces logements sont occupés par des résidents permanents3. La majorité des logements de Pohénégamook sont des maisons individuelles3.

0,3 % de la population de Pohénégamook est issue de l'immigration3. De plus, selon Statistiques Canada, 0,3 % de la population n'avait pas le statut de résident permanent du Canada en 20063. 99,3 % de la population a le français en tant que langue maternelle ; le reste est partagé à part égale entre l'anglais et une autre langue que le français et l'anglais3. 8,7 % de la population maitrise les deux langues officielles du Canada ; tous les habitants connaissent le français3. 1,4 % de la population de Pohénégamook a une identité autochtone

Le taux de chômage dans la ville était de 13 % en 20063. Le revenu médian des Gamookois est de 21 607 $

 

42 % de la population de 15 ans et plus de Pohénégamook n'a aucun diplôme d'éducation3. 40 % de cette population n'a que le diplôme d'études secondaires ou professionnelles3. 4,5 % de cette population a un diplôme de niveau universitaire. 1,7 % des diplômés postsecondaires ont effectué leurs études à l'extérieur du Canada Le principal domaine d'études des Gamookois est « l'architecture, le génie et les services connexes »

 

Pohénégamook fut occupée à l'origine par les Malécites, pour qui l'appellation désignait un endroit du campement, lieu de repos, parce qu'ils étaient à l'abri des intempéries des plaines du Fleuve Saint-Laurent

15:30 Écrit par SPANOU dans Villes du Canada | Lien permanent | Commentaires (0)