29/03/2014

Non contre la maltraitance des animaux

247623649.jpg

 

Deux cadavres et des chiens faméliques ont été retrouvés dans une ferme à Abzac (16). La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte avec constitution de partie civile pour « abandon ». Le TGI d’Angoulême (16) doit prochainement examiner cette affaire.

 


Les chiens qui ont survécu étaient très maigres - Photo : DR

C’est à Abzac, à la limite des départements de la Vienne et de la Charente, que deux cadavres de chiens, ainsi que le crâne d’un troisième, ont été découverts début mois février 2014. Ce sont les gendarmes de la commune de Confolens (16), alertés par un voisin, qui ont fait la macabre découverte. L’un des chiens avait les yeux ouverts, sa tête près d’une gamelle vide. Dans la cour du vieux corps de ferme, les forces de l’ordre ont également trouvé deux chiens encore vivants, dans un état de grande détresse. Ils ont été acheminés au refuge de l'Angoumois, une structure située à Mornac et soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis

Etat de cachexie

Les causes de la mort n’ont pas pu être déterminées du fait de l’état de décomposition des corps. « Tout laisse supposer qu’ils sont morts de faim et de soif », précise Nadine Boissout, coordinatrice du refuge de l’Angoumois, qui dénonce une « volonté de laisser mourir des animaux ». Les deux chiens qui ont survécu à ce véritable calvaire ont été sauvés in extremis. Une femelle de race bouvier bernois et un jeune mâle croisé blanc et marron se trouvaient dans un état de cachexie. Ce dernier vivait enfermé dans une cage. La femelle vivait quant à elle enfermée dans un cabanon dont le sol était recouvert d’excréments, et l’une de ses pattes était coincée dans la porte.

Un mois après la fin de leur calvaire, les deux animaux se portent beaucoup mieux : « Je crois qu’ils se rendent compte de ce qu’ils ont traversé, explique la responsable du refuge. Ils se requinquent très vite et ont l’air heureux d’être en vie ». Ils ont désormais le petit parc du refuge pour s’ébattre, et surtout, de la nourriture et de l’eau en quantité.

Plainte pour abandon

Le locataire de la ferme, absent lors de la saisie des animaux, a été retrouvé puis entendu par les gendarmes. Bien que les chiens ne soient pas identifiés à son nom, c’est à son encontre que les poursuites ont été engagées. La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour abandon aux côté du refuge de l’Angoumois et s’est constituée partie civile.

L’abandon d’un animal est passible de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende selon l’article 521-1 du Code pénal.

SOURCE  ICI

18:51 Écrit par SPANOU dans Aides. Petitions | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.