23/05/2014

Estelle Caron

3054059320.gif

Estelle Caron est une chanteuse et comédienne québécoise, née à Hull le 30 décembre 1926 et décédée le 20 avril 2010

 

Estelle Caron débute comme comédienne à la station CKCH de Hull (aujourd'hui Gatineau). En 1949, elle rencontre le compositeur Pierre Petel qui l'introduit au monde de la radio de Radio-Canada où elle est rapidement engagée comme chanteuse dans différentes émissions radiophoniques à Montréal. De plus, elle joue comme comédienne dans quelques feuilletons radiophoniques.

En 1952, Estelle Caron devient la chanteuse attitrée de la populaire émission Les Joyeux Troubadours. Elle y travaillera, entre autres, avec Jean-Maurice Bailly et Gérard Paradis. Malgré sa popularité, elle ne connut pas de grands succès sur disque et fut peu présente à la télévision.

Sa carrière prendra fin en 1977 avec la dernière émission des Joyeux Troubadours .

Son conjoint, Jean Larose, a fait carrière comme pianiste. Ils ont eu deux filles.

  • 1962 : Estelle Caron chante Noël (Fonorama, MF 6).

Joyeux Noël; Monsieur la neige; Petit papa Noël; Noël des pauvres; Le p'tit renne au nez rouge; Vive le vent; Le rondel du petit Noël; La promenade en traîneau; À Noël; Noël blanc. (Réédité en 2000 – Disques Encore – 22-6407)

  • 1953 : Music-Hall canadien (Radio-Canada International, MBS-2430/2431).

Jardin d'automne; Danse paysanne; Départ; Le p'tit chien de laine; Nuit solitaire; À Rosemont sous la pluie; Je n'sais plus; J'ai vu la mer.

13/01/2014

Chanteuse Candienne: Emmanuelle

1116933728.gif

 

Emmanuëlle fait ses études à l’école de musique Vincent-d'Indy, à Montréal, dans le but de devenir une chanteuse classique. Dotée d’une voix juste et puissante, elle avait tout pour réussir dans ce domaine, mais voilà qu’une rencontre avec le parolier Luc Plamondon en 1972 change le cours de sa carrière. Ce dernier lui propose des chansons populaires et il lui écrit, sur une musique de François Dompierre, son premier succès («Emmène-moi vers le soleil», 1972). Plamondon et le compositeur Mario Bruneau lui signent ensuite la chanson «Le goût de vivre», qui sera finaliste au concours Hear Canada Singing en 1972. La gloire est déjà proche et la chanteuse s’envole pour le Japon afin de représenter le Canada au Yamaha World Popular Song Festival à Tokyo en 1972, d'où elle revient avec un premier prix (pour le titre «La Chanson de mon pays»), puis pour la Belgique au Festival de la chanson de Spa, en 1973. Cette année-là, Emmanuëlle fait la rencontre de l’auteur-compositeur Stéphane Venne, l’un des grands artistes de talent du Québec, qui travaille déjà depuis un moment avec Renée Claude et Isabelle Pierre. Stéphane Venne est charmé par le talent de la chanteuse et il lui écrit la quasi totalité des chansons de son album «Le monde à l’envers» (1973), qu’il produit sur sa propre compagnie, Les Disques Solset (parfois identifiée par la dénomination Les Disques Sol7), une étiquette créée spécifiquement pour elle. Les succès sont nombreux sur le disque et Emmanuëlle est rapidement propulsée au rang des grandes vedettes québécoises. Parmi les succès, il faut retenir les chansons suivantes : «Et c’est pas fini» et «Le monde à l’envers», mais aussi «Ça commence doucement», «J’parle pu», «Que l'avenir vienne», «Enfin», «Ceux qui n'ont jamais connu le bonheur» et la chanson à saveur nationaliste «Parle-moi de notre pays», ainsi qu’une belle interprétation de la chanson de Véronique Sanson «Amoureuse».

En 1974, toujours en collaboration avec Stéphane Venne, elle lance l’album «Chanter pour vivre» qui, outre la chanson-titre, contient les succès «J’t’avais fait une chanson», «Le reel facile», «Mariage d'amour», «L’idée de t’aimer», «Vas-y voir», «Pour apprendre à t'aimer» et «On y arrivera», ainsi que le classique de Gilles Vigneault «Gros Pierre». Au sommet de sa popularité, elle fait la Place des Arts de Montréal et part en tournée au Québec durant l’année 1974. Elle se rend aussi en Grèce pour représenter son pays au Festival d’Athènes. Pendant ce temps-là, les Disques Capitol publient le 33 tours «Chansons du Québec» contenant un segment intitulé «Emmanuëlle chante François Dompierre» qui regroupe les premières chansons de l'artiste.

L’année suivante, en 1975, un autre album est lancé sur le marché, toujours sous la direction de Venne, mais cette fois-ci, Emmanuëlle y met sa touche personnelle et signe elle-même la chanson intitulée «Ma chanson». Sur le 33 tours se retrouvent les succès «Les chansons d’autrefois», «Si t’aimes pas ta vie», «Mourir dans ton lit», «Un homme, une femme et la vérité», «Pas tout de suite, pas maintenant», «Donne-moi l’heure juste», «Chanson d'amour» et «On n'a pas soif, on n'a pas faim» (avec la participation vocale de Venne lui-même). Le 24 juin 1975, lors des nombreuses festivités de la Fête nationale du Québec, Emmanuëlle est l'une des dix personnalités féminines à chanter auprès de Jean-Pierre Ferland sur le Mont Royal pour un concert mémorable. Parmi les autres chanteuses unies pour célébrer Ferland, on peut souligner les présences de Renée Claude, France Castel et Ginette Reno pour ne citer que ces quelques noms. Une double compilation des succès d'Emmanuëlle paraît en 1976, au moment où elle est omniprésente sur scène ainsi qu'au petit écran, notamment grâce aux publicités des magasins La Baie dont elle devient la représentante publicitaire pendant quelques années.

En 1978, Emmanuëlle, qui travaille toujours avec Stéphane Venne («La petite aventure»), lance l’album «Je vous aime» dont la chanson-titre, composée par Denis Larochelle, devient un très bon succès. La chanteuse travaille aussi avec Diane Juster qui lui signe «J’ai le cœur d’une vagabonde», puis avec Jean Robitaille («Loin des yeux loin du cœur» et «Avec amour») et de nouveau avec Luc Plamondon, avec qui elle collabore le temps d'une autre chanson («Ni chaud ni froid»). Elle remporte cette année-là un prix à Sofia au Festival International de la chanson bulgare Orphée d’or et connaît un certain succès avec les titres «Je n’aime que toi», «C’pas dans cent ans» et «Quand tu es tout près de moi» (les deux derniers titres étant signés par Emmanuëlle elle-même). Mais la chanteuse est épuisée par cet interminable sprint qui dure depuis presque dix ans et elle décide de ralentir ses activités à partir de 1980.

Ce n’est que cinq ans plus tard, après un long séjour en Italie, qu’Emmanuëlle revient à son métier avec les chansons «Que pour l’amour» et «Bravo les clowns» (en 1985) ainsi qu'avec la chanson «C'est mon cœur qui chante encore» (en 1986), sans toutefois retrouver le succès d’antan. La chanteuse devient restauratrice dans le joli village de Saint-Sauveur-des-Monts dans les Laurentides et, étant la propriétaire des lieux, elle en profite pour donner des soupers-spectacles. De 1985 à 1990, elle est accompagnée par le pianiste Gaston Brisson lors de ces nombreux concerts donnés à son restaurant. Plus tard, en 1993, Emmanuëlle lance une compilation CD en y incluant quelques-unes de ses nouvelles compositions personnelles («Ça c'est fort» et «Qu'est-ce que je fais ?») et revient sur scène aux côtés de son ami Stéphane Venne. Elle fait paraître une autre compilation, plus complète celle-là, en 1999.

Emmanuëlle refait l’actualité alors que sa chanson fétiche «Et c’est pas fini» devient le thème du premier Star Académie du Québec en 2003. Elle redonne alors quelques spectacles et en profite pour réapparaître à la télévision et se rappeler à nos bons souvenirs. La chaîne «Musimax» lui consacre un spécial d’une heure racontant la carrière de cette artiste souriante et enjouée qui a finalement su marquer le pays avec ses interprétations très québécoises de chansons d’espoir et de liberté. À l'automne 2010, Emmanuëlle publie un livre intitulé "Démesures et passions" aux éditions Marcel Broquet. Le bouquin de plus de 200 pages se veut autobiographique et contient, outre l'histoire de la chanteuse (sa carrière comme sa vie privée), les paroles de quelques-unes de ses chansons, des poèmes de son cru, de nombreuses photos, et même ses recettes de cuisine. Une nouvelle compilation, "Les plus belles chansons", est aussi lancée à l'automne 2010 par la compagnie de musique "Disques Mérite".

En 2013, la chanteuse participe, auprès notamment de Jean-Pierre Ferland, Michel Fugain, Nicole Croisille, Claude Barzotti et Patrick Juvet, à la nouvelle édition du spectacle Le Retour de nos Idoles présenté au Colisée Pepsi à Québec.

 

 

17:24 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2013

Esthero

Hebergeur d'image

 

 

Esthero est le nom de scène de Jenny-Bea Englishman, née le 23 décembre 1978 à Stratford en Ontario au Canada.

 

  • 1998 – Breath from Another
  • 2005 – Wikked Lil' Grrrls
  • 2012 – Everything is Expensive

21:27 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2013

David Marin

139326683.gif

 

 

David Marin est un chanteur canadien. Il est l'auteur d'un album À côté de la track.

Pour l'occasion, l'auteur-compositeur-interprète originaire de Drummondville, lauréat du concours Ma Première Places des Arts en 2004 et finaliste aux Francouvertes de 2006, s'est adjoint les talents de réalisateur de Louis-Jean Cormier du groupe Karkwa.





21:11 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (0)

15/12/2012

Marie Carmen

54997551.gif

 

Marie Carmen, née Marie Aubut, (24 août 1959 à Sainte-Foy, Québec - ) est une chanteuse québécoise qui a obtenu plusieurs succès dans les années 1990, notamment avec les pièces Piaf chanterait du rock, Faut pas que je panique et L'Aigle noir.

Le goût du spectacle lui vient alors qu'elle est enfant. Il ne la quittera plus, surtout après avoir entendu L'Aigle noir de Barbara à la radio. Pourtant, c'est vers le théâtre qu'elle se tourne en 1976, avant de rencontrer les membres du groupe Accident en 1980. L'année suivante, elle intègre le groupe Blood et Marie, puis finalement Radio Rats en 1982.

Par la suite, elle enchaînera les singles et les albums solos. Son disque le plus populaire, Miel et Venin (1992), Réalisé par Jean-Pierre Isaac s'est vendu à plus 270 000 exemplaires au Québec et s'est retrouvé aux sommets des palmarès grâce à l'extrait L'Aigle Noir, une reprise de la Française Barbara.

Malgré la popularité de l'extrait radio J'veux d'la tendresse, le dernier disque de la chanteuse, ...L'Autre (1998), n'a pas connu le succès escompté. Même si l'artiste n'a pas participé à l'écriture de tous les morceaux du disque, l'album a été chaudement applaudi par la critique et est considéré, par plusieurs, comme étant son meilleur effort.

Au cours des années 2000, la chanteuse s'est éclipsée du milieu artistique pour devenir bénévole humanitaire au Pérou. Toutefois, à l'automne 2005, elle a effectué un retour sur la scènemontréalaise afin de ramasser des fonds pour les enfants du Pérou. Elle a également participé à la populaire émission Star Académie où elle a interprété un medley de ses plus grands succès. Elle a avoué alors qu'elle ne pourra jamais quitter définitivement le showbiz. En 2007, elle a foulé, pendant deux mois, les planches de l'Impérial de Québec dans le cadre du spectacle Let's Dance. Elle a partagé la scène notamment avec André Verreault et le groupe MIMOSA.

En août 2008, la chanteuse s'est produite à la Maison des Arts de Laval. Entourée de trois musiciens, elle a proposé de nouvelles pièces, mais aussi ses grands succès en version acoustique.

À l'automne 2008, Marie Carmen nous propose un nouvel album. Elle collabore entre autres avec Luc De Larochellière, Martine Pratte, France D'Amour, Dave Richard, Sylvie Paquette, Francine Raymond, Lynda Thalie, Paolo Ramos et Qbanito. La réalisation a été confiée à Francis Collard (Cirque du Soleil et Ariane Moffatt).

L'album, intitulé Le Diamant, a été lancé le 11 novembre 2008. Le premier extrait, Une vie douce, a été #1 du palmarès BDS (ensemble des radios du Québec) pendant six semaines. "L'Île au trésor", deuxième extrait du disque, a une rotation de plus en plus forte, notamment sur Musimax, grâce à un vidéoclip. En avril 2009, elle fait quelques spectacles, notamment à Québec(complet), Chicoutimi (complet) et Sherbrooke.

 

 

 

 

 

16:26 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (1)

10/09/2012

Wolf Mail

2057375839.jpg

 

Wolf Mail (né en 1972) est un des rares artistes à avoir connu un succès international avec une structure professionnelle indépendante. Wolf tourne régulièrement sur les 5 continents, son album précédent solid ground était classé dans le top 100 des meilleures vente de blues en novembre et décembre 2004 dans les magasins tower record aux États-Unis. Sa précédente tournée mondiale Solid ground a accumulé 596 concerts en 33 mois.

Né en 1972 à Montréal (Canada), sa famille déménage quelques années plus tard dans le sud de la France. En pleine adolescence il immigra en Californie où il résida 15 années. Depuis 2002 il habite en Australie. Wolf Mail est connu par beaucoup comme le champion poids lourd du Blues électrique.

Wolf Mail est aussi un endorse officiel des amplis Carvin, des guitares Washburn et Samick et des cordes Dean Markley. Il écrit en ce moment un livre sur le business de la musique qui devrait être publié prochainement



 

15:39 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2012

Cindy Daniel

2148490786.gif

 

 

Originaire de Montréal, Cindy Daniel s'intéresse à la musique très jeune et commence à prendre des cours de chant et de piano afin d'entreprendre très tôt une carrière de chanteuse. Alors qu'elle n'a pas encore 16 ans, elle croise le chemin des dirigeants de l'étiquette Tox qui prennent sa carrière en main. Rapidement repérée par Pierre et Michel Gendron des disques Tox, elle est mise sous contrat pour préparer ce premier album.

À l'âge de 16 ans, elle enregistre son premier album avec, entre autres, le guitariste, compositeur et réalisateur Serge Laporte. Son talent séduit plusieurs grands noms qui n'hésitent pas à lui écrire des chansons. C'est le cas notamment de Johnny Hallyday, Jean-Jacques Goldman et Rick Allison. C'est ainsi que prend forme l'album La petite indienne, qui paraît en 2002.

Entretemps, elle participera au spectacle des "Divas" du Québec, côtoyant entre autres Nanette Workman et Marie-Chantal Toupin. En 2006, elle lance l'album J'avoue, qui est produit par Mario Pelchat. Suivra en 2008 l'album Le tout premier jour, toujours avec l'aide de Mario Pelchat. C'est au cours de l'hiver 2006 que paraît J'avoue. Elle y occupe une plus grande place puisqu'elle cosigne six titres. Toujours active, elle participe à divers projets, dont Quand le country dit bonjour? En 2008, elle lance son troisième disque, Le tout premier jour. Elle est apparue dans des petits rôles, de film français, étant actrice



17:14 Écrit par SPANOU dans Chanteurs Canadiens | Lien permanent | Commentaires (0)