09/06/2013

Association québécoise des sports en FAUTEUIL ROULANT

Hebergeur d'image

 

Au-delà des limites, pierre angulaire de la découverte sportive
En 2004, nous avons regroupé sous un même parapluie toutes les actions de Parasports Québec visant à faire bouger les jeunes et à rejoindre les nouveaux accidentés, question de créer une synergie. Le but : permettre à la majorité des personnes à mobilité réduite d’avoir un accès adéquat à la pratique sportive. 

Des actions concrètes
À Parasports Québec, cela se traduit concrètement par des campagnes de promotion, des rencontres individuelles avec les enfants et les nouveaux accidentés, avec les intervenants des centres de réadaptation et des écoles spécialisées, des locations de gymnases pour la tenue d’activités, l’achat d'équipement, l’embauche d’entraîneurs et de spécialistes du domaine sportif. Ces actions visent à augmenter la participation à l’échelle du Québec. En 2008, l'Association canadienne des sports en fauteuil roulant (ACSFR), avec une volonté similaire, a favorisé le financement de ce genre d'initiatives en réunissant les programmes Bridging the Gap de la Colombie-Britannique et celui du Québec, Au-delà des limites, pour en faire un modèle inspirant au niveau pan canadien.

Par où commencer ?
Présentement, le programme soutient et assure la promotion du rugby, du basketball, du tennis et de l'athlétisme en fauteuil roulant. Toutefois, si d'autres activités vous "tentent" davantage, comptez sur nous pour vous accompagner et vous référer aux bonnes personnes et aux organismes sportifs appropriés. Au-delà des limites vous aide à participer et à stimuler votre intérêt pour la pratique sportive en fauteuil roulant, quelle qu’elle soit.


Pour plus d'informations :   
Karine Côté
Téléphone : 514-252-3108 poste 3828


4545, avenue Pierre-De Coubertin
Montréal (Québec) H1V 0B2

Téléphone : (514) 252-3108
Télécopieur : (514) 252-9793

Courriel : aqsfr@aqsfr.qc.ca 
Site : www.aqsfr.qc.ca

Président : Paul Desjardins 
Directeur générale : Marc Antoine Ducharme 
Entraîneur et coordonnateur sportif : Patrick Côté 
Coordonnatrice au développement de l'excellence : Anne-Renée Thibault

 

17:44 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2012

Sports: kick Boxing

2159599631.gif

 

Le kickboxing consiste essentiellement en un sport regroupant diverses discipline pieds-poings. Le kickboxing se pratique dans un ring traditionnel. Le but consiste en des échanges de coups de pied et de coups de poing entre deux protagonistes qui tentent mutuellement de se toucher tout en esquivant les coups de leur adversaire.

Dans sa version amateur, les athlètes doivent porter obligatoirement un protecteur buccal, une coquille, un casque protecteur conforme rembourré pour protéger les zones temporales, les arcades sourcillières, les oreilles et l'arrière de la tête, des jambières, des protecteurs de pieds, des protecteurs d'avant-bras et des gants rembourrés d'un poids précis sous lesquels le participant peut employer des bandages chirurgicaux pour protéger ses jointures et prévenir les gerçures. La quantité de gaze maximale qui peut être employée est réglementée. Les femmes doivent aussi porter un protecteur de poitrine et un protecteur de l'aine et de l'os publien. Le port des shorts semblables à celles de la boxe ou pantalon de kickboxing est obligatoires en tout temps.

Au niveau de la compétition, les participants sont classés en fonction de leur âge, de leur classe d'expérience et de leur poids en vertu des catégories en vigueur dans la réglementation. Au Québec, les joutes amicales sont permises chez les enfants dès l'âge de 12 ans. Jamais plus de deux ans d'écart ne doit d'ailleurs séparer deux adversaires.

Lors d'une joute de kickboxing, un pointage est comptabilisé par des juges qui comptent les coups portés selon leur puissance, netteté et précision. Un combat peut être remporté de trois façons : par KO, KO technique (TKO) ou en vertu de la décision des juges (aux points).

Il existe plusieurs types de fautes dont : porter des coups en bas de la ceinture (sauf dans les combats de types "low kicks"), donner des coups de genou, donner des coups de tête, d'épaule, frapper avec les avants-bras, les coups de coude, tenir la tête de l'adversaire ou s'aggriper à son adversaire, l'étrangler etc. Il est aussi interdit de frapper avec les gants ouverts, avec l'intérieur du gant, le poignet ou le côté de la main. Les coups au dos ne sont pas admis, tout comme ceux portés à la nuque, au derrière de la tête et aux reins. En tout temps, un concurrent n'a le droit de se retenir aux cordes du ring, ni de s'en servir pour attaquer ou contre-attaquer. De plus, lorsqu'un combattant tombe par terre, l'adversaire doit attendre que ce dernier se relève puisque les coups au sol ne sont pas permis. De plus, en vertu de la réglementation sévèrement appliquée, aucun écart de conduite n'est toléré et le respect de l'arbitre et de son adversaire est de mise en tout temps.

En kickboxing, lorsqu'un concurrent tombe au plancher ou se retrouve en difficulté debout, l'arbitre lui impose un compte de huit et juge si ce dernier est apte ou non à poursuivre le combat. Par mesure préventive, lorsqu'un participant subit trois comptes de huit ou tombe trois fois au plancher dans le même round, le combat est automatiquement arrêté et la victoire est attribuée à l'adversaire. Chez lez expérimentés, le nombre de chute au plancher ou de compte de huit total au combat est de quatre, et chez les juniors, il est de trois.

Afin de s'assurer que les joutes de kickboxing restent du kickboxing, un nombre minimum de coups de pied doit être porté et ce, pour chacun des concurrents. Chaque participant doit donc donner un minimum de cinq coups de pied légaux par round. Advenant le fait qu'un concurent n'ait été en mesure de le faire, il se fait disqualifier. De même, si les deux participants faillissent à leur obligation, les deux sont disqualifiés et une nul technique est déclarée.

Au Québec, le kickboxing est régit par la Corporation de kickboxing amateur du Québec dont le propriétaire et principal entraîneur du Collège Team Bergeron, Yanick Bergeron, siège sur le conseil à titre de vice-président.

Nous parlons baucoup du volet compétitif du kickboxing, mais il ne faut pas oublier que le kickboxing peut très bien s'adapter à un entraînement de base pour conserver la forme. D'ailleurs les variantes du kickboxing léger sans contact telles que le cardio-kickboxing sont de plus en plus en vogue.

 

19:34 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2012

Quebec Karaté

1977261920.gif

 

 

Pour  tout savoir sur le karaté de Quebec, clikez ICI

22:25 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2012

Sports Qc: Hockey/Glace

3097775007.gif

 

 

pour tout savoir  sur le hockey/Glacea  Quebec,; clikez  ICI

15:36 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

08/12/2011

Sports: Handball Quebecois

2904886922.gif

 

 

Pour tout savoirv sur le handball quebecois, clikez  ICIEmbarrassé

12:03 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2011

Sports a Quebec: Halterophilie

3423604873.gif

 

L'haltérophilie

L'haltérophilie est un sport olympique qui consiste à soulever la charge la plus lourde à bout de bras par l'exécution de deux mouvements: l'arraché et l'épaulé-jeté. Ce sport s'adresse autant aux hommes qu'aux femmes. Les charges sont soulevées avec l'aide d'une barre olympique à laquelle on rajoute des disques de métal recouverts de caoutchouc de différents poids.

La Fédération d'haltérophilie du Québec est membre de la Fédération canadienne d'haltérophilie qui elle-même est membre de la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF). Cette dernière regroupe plus de 172 fédérations nationales.

L'haltérophilie se distingue des deux autres sports de force que sont la dynamophilie (powerlifting) et le culturisme (body building). En voici les grandes différences:

Haltérophilie

L'athlète qui soulève le total de poids le plus élevé au total de l'arraché et de l'épaulé-jeté à l'intérieur de sa catégorie de poids gagne la compétition.

Les habiletés développées par les athlètes sont: force, flexibilité, vitesse, coordination, concentration, puissance.

En plus d'être un sport plus que complet, l'haltérophilie est également un excellent sport complémentaire pour la plupart des autres sports (ex: sprints, lancers, judo, volleyball, etc.).

Dynamophilie

L'athlète qui soulève le total de poids le plus élevé au total des 3 mouvements suivants et dans sa catégorie de poids gagne la compétition: développé couché, soulevé de terre et flexion de jambes.

La force est la principale qualité physique développée par ce sport.

Les athlètes développent leur force brute au maximum afin de pouvoir soulever la charge la plus lourde possible dans les trois mouvements statiques.

Culturisme

Chaque athlète doit se présenter sur un plateau de compétition pour démontrer son développement physique et est noté par des juges qui détermineront le gagnant.

Les deux mouvements

L'arraché

C'est le premier mouvement exécuté en compétition.

La barre est placée horizontalement devant les jambes de l'athlète. Il saisit cette dernière les mains en pronation, prise large, et la tire d'un seul coup de terre jusqu'à bout de bras. Les bras doivent être tendus lorsque la barre est au dessus de la tête.

C'est un mouvement qui requiert une bonne coordination et une bonne vitesse d'exécution.

L'épaulé-jeté

C'est le deuxième mouvement effectué en compétition.

Ce mouvement s'effectue en deux temps. Pour l'épaulé, la barre est placée horizontalement devant les jambes de l'athlète qui la saisit les mains en pronation, prise fermée, et l'amène d'un seul coup jusqu'aux épaules. Il est permis que la barre touche les cuisses au passage, mais elle ne doit pas toucher la poitrine avant la position finale, c'est à dire lorsqu'elle est appuyée sur les épaules et les clavicules.

Pour le jeté, l'athlète fléchit les jambes et effectue une poussée simultanément avec ces dernières et avec les bras afin d'amener la barre à bout de bras, tendus verticalement au-dessus de la tête.

C'est le mouvement le plus facile à apprendre car il demande moins de technique et plus de force. C'est également le mouvement avec lequel les athlètes soulèvent le plus lourd. Généralement les charges soulevées à l'arraché sont environ 80 % de celles soulevées à l'épaulé-jeté.

 

Les compétitions

L'haltérophilie est présente à tous les grands Jeux: Jeux du Commonwealth, Jeux panaméricains et Jeux olympiques. Elle est également présente lors de la Finale nationale des Jeux du Québec. Au Québec, il existe également un réseau de compétitions régionales et provinciales (voir la rubrique Calendrier) pour que chaque athlète, peu importe son niveau, puisse participer.

Lors d'une compétition, chaque athlète doit effectuer trois essais à l'arraché et trois essais à l'épaulé-jeté. Ce nombre est fixe. À chaque mouvement effectué, trois officiels jugent si la performance est bonne ou mauvaise. Chacun des officiels doit alors rendre une décision: blanche qui signifie réussi ou rouge qui signifie manqué. Afin que le lever soit jugé réussi, l'athlète doit avoir au moins deux décisions blanches sur trois. Deux ou trois décision rouges signifient que l'athlète a manqué son essai. Certains essais sont automatiquement manqués (exemple: lorsque l'athlète n'est pas capable d'amener la barre à bout de bras). En contrepartie, un mouvement amené à bout de bras n'est pas nécessairement jugé bon automatiquement. Un exemple de mauvais lever pourrait être que l'athlète amène la charge au-dessus de sa tête mais avec un arrêt momentané avant d'avoir ses bras en pleine extension. Il sera alors jugé rouge et l'essai sera manqué.

Lorsque tous les athlètes ont terminé leurs six levers, on compile les résultats de la façon suivante: le meilleur arraché réussi est additionné au meilleur épaulé-jeté réussi ce qui donne le total. Les athlètes sont alors classés selon leur total à l'intérieur de leur catégorie respective.

Si un athlète manque ses trois essais à l'arraché ou ses trois essais à l'épaulé-jeté, il n'a aucun total. Si deux athlètes dans la même catégorie réalisent le même total, l'athlète qui était le plus léger à la pesée officielle (qui a lieu deux heures avant chaque compétition) est celui qui aura le meilleur classement.

Les catégories

Voici les catégories de poids:

HOMMES (8)
56 kg - 62 kg - 69 kg -77 kg - 85 kg - 94 kg - 105 kg - + 105 kg

FEMMES (7)
48 kg - 53 kg - 58 kg - 63 kg - 69 kg -
75 kg - + 75 kg

 

Le poids en question est la limite permise pour être à l'intérieur de cette catégorie. Par exemple une athlète qui aurait un poids de 52 kg serait dans la catégorie des 53 kg.

Voici les cinq catégories d'âge à la Fédération d'haltérophilie du Québec:

15 ans et moins (âge jeunes Louis-Cyr)
17 ans et moins (âge juvénile)
18 ans et moins (âge scolaire)
20 ans et moins (âge junior)
plus de 20 ans (senior)
35 ans et plus (master)

Ces catégories d'âges sont utilisées autant chez les hommes que chez les femmes.

L'équipement

Pour un athlète débutant, l'équipement nécessaire se résume à une paire d'espadrille, un survêtement et un T-shirt. Avec l'expérience, l'athlète s'achètera des bottines d'haltérophilie qui possèdent un talon légèrement surélevé afin d'avoir un meilleur appui et un meilleur équilibre. Et c'est tout!!!

Afin de pratiquer ce sport, l'athlètes doit utiliser les équipements fournis par le club auquel il est inscrit. L'équipement comprend une barre olympique (10 et 20 kg), des poids en métal recouvert de caoutchouc (0,5 - 1,0 - 1,5 - 2,0 - 2,5 - 5 - 10 - 15 - 20 et 25 kg), des supports à flexion, etc...

Quelques faits

  • Non l'haltérophilie n'empêche pas de grandir. Au contraire, des études ont démontré que la majorité des athlètes qui pratiquent l'haltérophilie sont les plus grands de leur famille.
  • L'haltérophilie est un sport très sécuritaire lorsque pratiqué dans les clubs affiliés du Québec. En effet aucune blessure sérieuse n'a été répertoriée au Québec, autant à l'entraînement qu'en compétition, et ce depuis plus de 15 ans!
  • Le dopage en haltérophilie est une chose du passé au Québec et au Canada. Saviez-vous que le Canada possède la politique antidopage la plus sévère au monde! Nous voulons que la pratique de l'haltérophilie soit et demeure un moyen sain d'être en forme et de développer nos qualités physiques et psychologiques.
  • Les hommes et les femmes qui pratiquent l'haltérophilie sont des gens "comme tout le monde". Vous ne les reconnaîtriez probablement pas dans la rue! Ils ne sont ni plus gros, ni plus trapus que la majorité des Québécois.
  • L'haltérophilie est un sport accessible à tous et, avis aux femmes intéressées, vous ne devenez pas du tout une personne aux "gros bras" en pratiquant ce sport. Les athlètes féminines du Québec étaient et demeurent encore très "féminines".
  • La trentaine de clubs actifs au Québec sont sous la supervision d'entraîneurs qualifiés qui ont tous suivi leur cours d'entraîneurs dans le cadre du Programme National de Certification des Entraîneurs (PNCE).

Clubs

Cliquez sur le nom d'une région pour afficher les clubs de cette région

Abitibi-Témiscamingue

Capitale nationale

Centre du Québec

Chaudières-Appalaches

Côte-Nord

Est du Québec

Estrie

Lac Saint-Louis

Laurentides

Mauricie

Montréal

Richelieu-Yamaska

Rive-Sud

Saguenay Lac-St-Jean

Sud-Ouest

Informations techniques

Document Politiques et règlements techniques 2010-2011 (pdf) :

Formulaires:

Programme national de certification des entraîneurs:

Informations générales sur l'haltérophilie:

Dépliants

Mythes

 

Histoire de l'haltérophilie canadienne
par M. Yvon Chouinard,

officiel international #1

- Origine de l'haltérophilie canadienne (221 pages)

- partie 1900 - 1959 (76 pages)

- partie 1960 - 1973 (80 pages)

- partie 1974-1992 (78 pages)

- Histoire de l'haltérophilie féminine au Canada (111 pages)

 

 

 

 

ICI

17:00 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2011

sports: Gymnastique a Quebec

2517070247.gif

 

 

 

Les débuts

C'est en 1828 qu'eut lieu la première compétition de gymnastique artistique au Québec. Près d'un siècle plus tard, soit en 1924, les premiers championnats provinciaux masculins se tinrent sous l'égide du "YMCA Centre".

Il fallut attendre jusqu'en 1952 pour que la gymnastique prenne son essor en milieu francophone, grâce à M. Jean-Paul Marcil, qui l'introduisit alors à la Palestre Nationale et, par la suite, au Centre Immaculée-Conception, grâce à l'appui constant du Père Marcel de la Sablonnière.

À la même époque, André Bédard faisait lui aussi découvrir la gymnastique aux jeunes de la région de Québec, Raymond Gagnier introduisait un programme de gymnastique au Verdun High School et Jacques Chouinard fondait un club à Sainte-Agathe.

Un point tournant

En 1955, se tinrent les premiers championnats québécois à accueillir la participation des gymnastes féminins. Depuis, la popularité de la gymnastique n'a cessé de croître.

En 1962, on recensa vingt-deux clubs affiliés à l'Association de gymnastique du Québec. La saison 1970-71 fut une étape déterminante, puisque l'Association est alors reconnue pour fin de subvention par le Haut-Commissariat à la Jeunesse, au Loisir et au Sport. Elle pris alors le nom de Fédération de Gymnastique du Québec.

Croissance

Au cours des quelques années qui suivirent, la gymnastique se développa à un rythme rapide et fut marquée de plusieurs événements d'importance en sol québécois. Deux sports additionnels devinrent la responsabilité de la nouvelle fédération: la gymnastique rythmique et le trampoline. 

Dès 1976, la gymnastique profita des Jeux olympiques de Montréal pour accélérer son momentum. La popularité de Nadia Comaneci influenca énormément la participation féminine, qui connut alors une recrudescence phénoménale.

De 1977 à 1984, la pratique de la gymnastique connaît un essor important. La Fédération s'associe au milieu scolaire pour tenir conjointement des activités de formation et produire des documents à l'usage des clientèles respectives. Les résultats sont probants: en 1984, le Québec compte plus de quatre-vingt clubs de gymnastique et la Fédération offre des programmes compétitifs et récréatifs qui touchent plus de 17 000 personnes. Et cette croissance se poursuit !

18:28 Écrit par SPANOU dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)